Quand la mairie est sous pression

Je ne vois pas d’autres explications. Le maire et son équipe sont sous pression. Il faut dire que l’article paru dans La Tribune en fin de semaine, où le maire admettait avoir « escamoté » la loi d’accès à l’information, n’a rien pour égayer un samedi matin. Reconnaître qu’on a fait disparaître, dissimulé ou éludé habilement (des définitions du verbe escamoter) des choses quand il s’agit d’une loi importante, qui garantit aux citoyens l’accès à une information juste, ce n’est pas rien. Voici le lien pour ceux qui l’ont manqué: http://www.lapresse.ca/la-tribune/actualites/sherbrooke/201609/09/01-5018868-sevigny-avoue-avoir-escamote-la-loi-dacces-a-linformation.php

Une semaine plus tôt, une situation similaire est survenue avec la publication des chiffres sur les coûts du Cabinet du maire Sévigny, de même que ceux du Cabinet du maire Perrault. Les chiffres présentés au Conseil étaient très différents et beaucoup plus complets que ceux remis à un citoyen (Pascal Cyr) qui avait fait une demande d’accès à l’information sur le même sujet. En réponse à une question du citoyen à cet égard, M. Paquin a indiqué qu’il le rencontrerait pour expliquer les disparités. En juillet, le maire avait dit que son Cabinet coutait seulement 445 000 $. Un mois plus tard, il disait que son Cabinet coutait moins cher que celui de Perrault et qu’il n’aurait aucune difficulté à le prouver. Quand les chiffres sont arrivés, on pouvait au mieux conclure que les couts étaient identiques.

Autre tuile pour la maire, par  son inaction et celle des officiers de son parti du Renouveau sherbrookois, un individu qui avait servi de prête-nom à Jean Guité du Groupe SM en 2009, a été embauché par la ville de Sherbrooke. Il s’agit d’un ingénieur. Le maire Sévigny a eu la liste des individus qui avaient servi de prête-nom quand son parti et lui ont reçu la demande du DGEQ à l’effet de rembourser les contributions illégales qui leur avaient été faites. Le remboursement a été fait en 2014 et l’embauche a été faite en 2015. Difficile de justifier une telle décision auprès du citoyen. Si vous l’avez manqué, voici le lien: http://www.lapresse.ca/la-tribune/actualites/201605/01/01-4977040-un-prete-nom-embauche-a-la-ville.php

On va passer rapidement sur la murale qui a couté 77% plus cher que prévu. Et dont les dépenses supplémentaires ont été engagées avant que le Conseil ne les autorise. Une autre prise contre le frappeur, comme on dit au baseball!  Et qu’on ne me dise pas qu’il n’y a de demande supplémentaire financière aux contribuables. Le 139 000 $ a été payé par de l’argent qui sera emprunté et qui ne pourra servir à d’autres fins. On avait encore le choix de ne pas le dépenser. Il n’y a aucune magie là, c’est le citoyen qui paie pour cela. Encore une fois, voci le lien: http://www.lapresse.ca/la-tribune/actualites/sherbrooke/201608/29/01-5015075-la-15e-murale-souleve-des-questions.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_vous_suggere_5015337_article_POS2

Pourquoi dis-je la mairie est sous pression? Parce que ce soir, pour la 2ème semaine d’affilée, on inscrit à l’agenda du plénier public, un retour sur le coût du Cabinet, et plus précisément sur les achats de billets. Pour la seconde fois, aucun document écrit n’est présenté. M. Paquin prend la parole et donne quelques chiffres sur les achats de billets par les arrondissements, les comités et le Cabinet. Les chiffres qu’il donne pour le Cabinet sont différents de ceux donnés la semaine précédente. Et là, M. Paquin me demande: Mme Dauphinais, qu’avez-vous à conseiller? C’est lui qui place le sujet à l’ordre du jour sans me consulter et il s’attend à ce que je fasse apparaître un sommaire décisionnel? Avec toute la gang qu’ils ont, lui et le maire, ça fait deux semaines qu’ils interviennent là-dessus, sans présenter aucun document. Mais moi, je dois en avoir un. Deux poids, deux mesures. Tout comme pour la version filmée du Conseil, où M. Vézina présente sa précision sur l’achat des billets en long et en large, alors qu’on escamote (fait disparaître) ma réponse. J’ai promis à M. Paquin que je lui présenterai un sommaire décisionnel un jour.

Pour s’acharner ainsi sur un sujet somme toute mineur, ils sont vraiment sous pression. Et je les comprends. Si l’UMQ fait ses revues de presse de façon diligente, toute cette mauvaise presse à son égard doit bien fatiguer le maire et l’indisposer alors qu’il se prépare à faire la tournée du Québec à titre de président de l’UMQ. Seize villes à visiter environ, certaines pas à la porte: Rouyn-Noranda, Gaspésie, etc.

Merci à mon collègue Marc Denault qui a osé répliquer à cette sortie hostile de M. Paquin.

 

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans Uncategorized. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s